Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 07:20

RAYMONDagent-secret005.gif BARRE VIENT DE DECEDER... 

Mise en ligne le 25 août 2007 :
 

Voir aussi cet article, mis en ligne ce 25 août 2007 :

Raymond Barre est qualifié...d'Extraterrestre !

Il y a comme cela des tournures de phrases...saisissantes... 
On y verrait comme un "Clin d'Oeil" ! :

http://www.spcm.org/Journal/spip.php?article14718
 

RAYMOND BARRE ET LA "TRILATERALE" :
 
Repost 0
Christian Macé Christian Macé
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 04:45
Repost 0
Christian Macé Christian Macé
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 02:52

Nous vous Pyramide-ovni.gifprésentons la suite de la publication des informations de "MONSIEUR X", toujours aussi avisé... 

Aujourd'hui :

AUX SOURCES DE L’EGYPTE ANCIENNE : LES CLES DU COSMOS

HÉLIOPOLIS LA CITÉ DES MYSTÈRES 

En Anglais (in English) :

http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Fovniparanormal.over-blog.com%2Farticle-11973929.html&langpair=fr%7Cen&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=%2Flanguage_tools


Des textes bibliques évoquent Héliopolis sous le vocable de On-du-Nord. La cité possédait de nombreux temple, dont un dédié à Atoum divinité protectrice de la ville. Ce dernier avait pour animaux sacrés l’anguille et l’ichneumon. Le clergé l’avait placé à la tête d’une ennéade de dieu qu’il avait créés. À l’origine, il avait émergé des eaux primordiales sur une colline de sable. Aussi était-il venu à l’existence lui-même. La légende affirme qu’il donna naissance au couple primitif de dieux, Chou et Tphénis, qui mirent en mouvement Geb et Nout : respectivement l’air et l’humidité, la terre et le ciel. Nous devons ici établir une différence. Les autres couples issus de Geb et de Nout, Isis et Osiris, Seth et Nephtys sont des dieux locaux et non des personnifications mythologiques d’éléments cosmiques. Atoum chtonien , fut éclipsé mais non supprimé par Ré, le Soleil.

Très tôt Héliopolis eut un clergé, qui dès l’aube de l’histoire fonda une des écoles théologiques les plus remarquables d’Egypte. Les théories héliopolitaines se répandirent dans le pays comme les eaux fluides de l’inondation du grand fleuve.

Platon et Eudoxe, à l’instar de nombreux voyageurs grecs vinrent prendre contact avec l’antique Egypte à Héliopolis.

Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de cette cité rayonnante. on en découvre quelques vestiges en se rendant dans la localité voisine el-Matarieh. Là on peut visiter le site où la Sainte-Famille se serait arrêtée, un mur entourant un jardin carré contenant un dattier desséché, une source d’eau douce et un sycomore qu’on appelle l’arbre de la Vierge. Ce n’est en réalité qu’un descendant de l’arbre duquel la Vierge Marie et l’Enfant Jésus se seraient reposés.

Le passage de la Sainte Famille, sur cet ancien haut-lieu de la spiritualité, a sans doute une portée symbolique beaucoup plus importante que celle que le commun des touristes lui accorde.

Nous devons nous souvenir que c’est ici que le prêtre Manéthon se documenta pour la première histoire de son pays. Ses textes le font remonter à plus de quarante mille ans ! 

La nouvelle ville d’Héliopolis fut fondée en 1905; c’est aujourd’hui un faubourg semi résidentiel du Caire situé à deux pas de l’aéroport. 

Les anciens Égyptiens nommèrent Héliopolis : la Ville du Pilier. Le pilier, c’est le djed d’Osiris, ou méridien des dieux.. Les prêtres de ce grand centre religieux étaient censés d’après la tradition posséder un objet sacré d’une puissance redoutable appelé “ benben “. Celui-ci serait tombé du ciel à une époque très reculée. Le temple d’Héliopolis où le benben avait été déposé était la demeure du Phénix. 

UNE ANALOGIE GEOGRAPHIQUE

Le nom de Ville du Pilier nous fait songer à Delhi où se dresse le plus grand minaret du monde: Qutb-ud-Din, ” le Pôle de la Foi “ ( Qutb-Minar ) . Sa hauteur atteint 72,55 m. Ce fantastique monument repose sur une base de 14,40 m de diamètre.

Il commémore la victoire des fidèles de l’Islam sur les incroyants.

Au XIVe siècle, un tremblement de terre l’ébranla, on ne peut aujourd’hui accéder qu’à son premier étage. Il existe une grandes similitude architecturale entre Quth-Minar et un autre édifice du même type implanté à Djam en Afghanistan.

Depuis la galerie accessible au public, on découvre une vue étonnante de la grande cité, et on peut contempler à quelques centaines de mètres du “ Pôle de la Foi “, la foule nombreuse qui s’agglutine tout autour de la Colonne de Fer dressée dans la cour de la mosquée Quwwat-uk-Islam Masjin.

Une légende locale pleine de charme affirme en effet que celui qui peut ceinturer ce pilier les mains dans le dos, et faire toucher ses doigts est assuré d’avance de posséder toute sa vie une immense fortune. L’opération paraît banale, mais pourtant ils sont peu nombreux ceux qui réussissent cet exploit ! 

Cette colonne de fer qui ne rouille pas aurait été dressée là au IVe siècle de notre ère. Haute de 7,20m pour un diamètre de 0,93 m, nul ne connaît sa véritable histoire

Deux thèses s’affrontent quant à sa destination première. La plus courante assure qu’érigée à l’époque Gupta, elle devait servir de Dvajatambha, c’est à dire de porte étendard, consacré à Vishnu.

L’autre nous dit que c’est une représentation de Garouda ( la monture volante du dieu ) qui aurait dû reposer à son sommet.

Quel dommage que les conquérants de l’Islam ne l’aient pas conservée dans sa présentation originelle, car nous aurions alors sous les yeux l’image exacte de cet engin cosmique du messager céleste.

La colonne de fer ne s’altère jamais et certains avancent l’hypothèse qu’elle aurait été taillée dans une gigantesque météorite. D’autres n’hésitent pas à affirmer qu’elle fut extraite d’un véhicule divin, d’un vimana, des âges fabuleux dont parle le Mahabharata !

MAIS REVENONS A L’EGYPTE ET A LA PORTE DES ÉTOILES

Dans l’Egypte ancienne, le fer utilisé pour façonner les objets sacrés était uniquement d’origine météoritique.

Certains prétendent que Héliopolis serait situé sur un “ méridien lumineux “. Elle serait une “ Porte du temps “, un passage entre deux mondes ou entre deux dimensions, celle des dieux et celle des hommes.

Il se trouve en effet que cette porte des étoiles est mentionnée dans “ les texte des pyramide “. Ce dernier assure que l’âme du disparu voguerait pour l’éternité sur les “ vaisseaux des dieux “. Les écrits des pyramides d’Ounas évoquent une échelle de corde déployée du ciel vers la terre à partir d’une “ plaque de fer “ suspendue dans le ciel.

La strophe 310 confie : quelle barque doit-on apporter à pharaon ?
--Celle qui vole et qui se pose ?
 

Plus précise la strophe 669 nous dit : avec quoi le roi peut-il s’élever dans l’air ? Dans le vaisseau HNW. Il s’envolera avec eux, il s’envolera et se posera sur la terre...

Si nous manquons de confiance dans les écrits de l’ancienne Egypte, en ce qui concerne ces étranges machines volantes, ouvrons une Bible au Livre des Rois ( II, 2,8 ), on y apprend que le prophète Elie jette son manteau en boule dans le Jourdain pour le traverser à pieds secs et se rendre là où un char de feu le conduira dans les mondes célestes. Ce manteau magique est nommé Adereth la splendeur, formé à partir de Adar.

Notre planète n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui, c’est à dire une sorte d’île oubliée au cœur de l’immensité cosmique. Dans la nuit des temps, des contacts ont été établis entre d’autres mondes et le notre. L’étude de la géographie sacrée est sans doute à même de nous livrer les points de rencontres qui jadis furent des lieux de rencontres entre les hommes et ceux qui furent nommés les dieux.

DES DOGONS AUX ÉGYPTIENS: LES SECRETS D’UNE GÉOGRAPHIE SECRÈTE INFLUENCÉE PAR UN CORPS COSMIQUE OUBLIÉ. 

Depuis quelques décennies, des chercheurs érudits et clairvoyants ont mis en évidence l’existence d’une géographie sacrée imaginée par les sages de l’Ancien Monde.

La géographie sacrée nous donne le canevas d’un Grand Oeuvre réalisé par des savants que nous qualifions aujourd’hui d’initiés. Ils avaient atteint les plus haut sommets de la connaissance transcendantale. Certaines réalisations architecturales sont les dernières traces que nous puissions trouver de leur science qui unissait dans une symbiose admirable le Cosmos, la Terre et l’Homme.

L’étude de cette troublante géographie, nous conduit directement à la notion de centrales énergétiques réparties à la surface du globe et agissant sur l’évolution de l’humanité.

Les actuels travaux d’un chercheur français, Raymond Terrasse---” La Genebre “ -- 24110 Grignols--prouvent qu’il existe une corrélation absolue entre certains lieux où furent observés des OVNI posés au sol et un schéma géographique précis, reliant entre eux ces points bien particuliers suivant une harmonique de distances qui ne doit rien au hasard. Tout se déroule comme si une trame invisible existait sur notre globe.

Les Dogons tout comme les Égyptiens ont basé leur calendrier et leur évolution vitale sur Sirius. Les Dogons avaient identifié un autre corps céleste situé près de Sirius, qu’il considérait comme le régulateur de notre univers.

Les prêtres de la vallée du Nil ont observé dans des temps archaïques, un objet brillant voisin de Sirius. Il est devenu aujourd’hui invisible.

De nombreux auteurs font remarquer actuellement que la constellation d’Orion, mais aussi les constellations voisines de ce dernier se positionnent parfaitement sur la terre des pyramides. Kheops, Khephren et Mykérinos correspondent aux trois étoiles du Baudrier d’Orion. Mais, les Hyades, constellation située dans le Taureau, et représentées par un grand “ V “ dans le ciel ( genre cornes de Moïse ) se positionnent à leur place dans le cosmos à côté des pyramides. Seth le frère d’Osiris, est censé dans la mythologie égyptienne, venir de la constellation des Hyades.

Le Sphinx est positionné aux pieds des pyramides donc d’Orion.

Ici, il nous faut réfléchir et et remettre en question bien des certitudes. En effet, l’astre rayonnant adoré par Akhenaton, Rê-Horarkty, ne serait pas le soleil, mais “ l’autre astre “ dissimulé derrière Sirius et symbolisé par Horus dans la mythologie des prêtres du Nil.

De nombreuses statues égyptiennes ne portent pas “ le disque solaire “, mais bien cet autre astre caché positionné comme par hasard sur Héliopolis.

Ce corps céleste aurait été vénéré dans cette cité sainte. C’est Héliopolis qui fut considéré comme la source du savoir transmis aux hommes mortels depuis le premier temps fabuleux des dieux. Ce sont les prêtres de cette ville qui gardaient la nécropole de Gizeh. Ils étaient les dépositaires du mystérieux Livre de Thot.

Ce dieu fut l’auteur de 42 rouleaux que l’on supposait conservés et cachés dans la ville sacrée. Ils formaient la base du culte de la renaissance après la mort. Longtemps Thot fut assimilé à Hermès (Orion-Osiris ) que l’on disait être l’architecte des pyramides. Signalons d’ailleurs qu’il existe une remarquable similitude entre le dieu Thot et le dieu Bramah des Hindous. L’emblème de la divinité égyptienne occupait les parties les plus apparentes de tous les temples. La tradition dit que Khufu ( Kheops ) désirant retrouver les chambres secrètes de Thot rencontra un vieux magiciens qui connaissait le lieu précis où se tenait le sanctuaire..

Les Égyptiens croyaient qu’après avoir civilisé notre planète, Thot-Orion ( Osiris ) avait établi sa demeure dans le Globe lunaire et qu’il suivait notre satellite dans ses révolutions. D’ailleurs le cycle d’Osiris, est basé sur 28 jours comme la révolution lunaire. Souvent aussi, sa tête est surmontée du croissant ou du disque lunaire. La lune est-elle, comme l’on envisagé certains auteurs traités un peu vite d’écrivains de science-fiction, “ une base extra-terrestre “ ? Certains textes égyptiens prétendent que lorsque les habitants de la terre, éclairés par les leçons de Thot sont soumis à une organisation sociale régulière, imitation imparfaite de l’ordre qui règne dans les régions célestes, Thot se retire dans la lune pour se consacrer à l’accomplissement de nouveaux devoirs ( voir à ce sujet “ Description des dieux “ par J.F. Champollion ).

DU MYSTÈRE D’ORION À CELUI D’HORUS

Actuellement certains égyptologues astronomes plus perspicaces que d’autres ont prouvé que les trois pyramides de Gizeh, loin de représenter Kheops, Khephren et Mykérinos, représentent en réalité les trois étoiles du baudrier d’Orion: Alnitak, Alnilam et Mintaka. Une des autres étoiles d’Orion se nomme Beltegeuse que l’on peut également traduire par Bethel-Geuse la maison de dieu, la pierre ou la météorite.

Le plan géographique sacré de l’Egypte fut conçu sur celui du ciel. Il serait en fait le cadran d’une énorme Horloge Cosmique ou Astrale qui permettrait de calculer avec précision quand et où les dieux doivent réapparaître et d’où ils proviennent.

Souvenons-nous que le phénix, l’oiseau sacré honoré à Héliopolis ( Horus) , est aussi le dieu des cycles, de la division du temps et des calendriers.

Il existe un mystère d’Horus qui a été partiellement ou volontairement oublié des égyptologues. Le texte des Pyramides dit de lui : 

«   Je suis Horus, l’être vivant, le fils de Sothis. »

Jouons cartes sur table, Horus prétend être le fils de Sothis-Sirius, c’est à dire cette fameuse étoile invisible cachée derrière Sirius, assimilée au Benben et dont parle longuement la mythologie des Dogons.

Les Textes des Pyramides situent exactement cette fameuse Étoile du Matin qui fut si chère aux anciens alchimistes.:

«  La sœur du roi Osiris est Sothis ( Sirius );

L’enfant roi Osiris est l’Étoile du Matin ( Horus ). »

Il est évident dans ces écrits que ce fils d’Osiris et de Sothis s'identifie également à un corps céleste !

L’Oeil du soleil ou l’Oeil d’Horus que certains considèrent comme un symbole protecteur joue un rôle énorme dans les légendes égyptiennes. Malheureusement, il est loin d’être clair. Il semble que l’origine de cette personnification de l’oeil divin doivent être rechercher dans les vieilles légendes astrales qui subit au cours des siècles, de nombreuses modifications. Le dieu Horus n’était pas seulement considéré comme un dieu guerrier, ou comme un dieu roi, mais aussi comme un dieu du ciel. Cette conception est très ancienne et une fois encore les textes des Pyramides y font de fréquentes allusions. Les deux yeux de ce dieu du ciel étaient le soleil et la lune. Cette image du monde astral ne devait pas conserver sa forme primitive si simple, si naïve et, en même temps, si poétique. Les prêtres héliopolitains, qui établirent dans l’Égypte entière un hénothéisme de caractère solaire, ne pouvaient pas supporter que la première place, dans le panthéon revint à un dieu qui ne fut pas le soleil . Ce fut une des raisons pour lesquelles ils identifièrent l’ancien dieu du ciel, Horus à Rê: l’œil du soleil appartient dès lors à Ré, et non plus au dieu du ciel; à celui-ci fut réservé l’œil lunaires. La conception primitive subsiste cependant jusqu’à la basse époque; on la retrouve dans certains aspects d’Horus, en particulier dans la forme du dieu-faucon adorée à Létopolis sous un nom : Mékhentiirty « celui dont le visage possède deux yeux » , qui fait clairement allusion au mythe primitif.

L’égyptologue allemand Junker affirme que ce dieu du ciel était primitivement anonyme; il ne prit son nom d’Horus qu’après son identification avec le dieu faucon ( cf. Junker, Giza, II, page 48 et 51 ).

On retrouve également des allusions aux yeux du ciel dans les textes du temple d’Edfou , sanctuaire consacré à Horus. Mais, en règle général, l’oeil d’Horus est devenu l’oeil lunaire. La lune comme tout ce qui touche au monde astral, a beaucoup intrigué les Égyptiens.

Junker, que nous avons cité plus haut, s’est attaché à décrypter le mystère de Mékkhenti-en-irty, en consacrant un article à Létopolis dans lequel il étudie successivement le nom et la nature du dieu, ainsi que la place qu’il occupa dans les divers enseignements des temples, le culte qu’on lui rendit à Létopolis, à Cusae, à Kom Ombo, mérite une attention toute particulière.

L’oudjat, cet oeil vénéré dans toute la vallée du Nil, a joué un rôle considérable dans les anciennes légendes. Les plus vieilles versions sont déjà contaminées par le mythe osirien, mais un fait est certain, elles évoquent un maître universel , à l’origine du monde.

Quel astre pouvait-on appeler «  ÉTOILE DU MATIN »“, tout en le considérant comme voisin d’Isis Sirius ? Les anciens Égyptiens avaient-ils aperçu de façon apparente ou cyclique, un corps céleste très brillant, devenu ensuite invisible ? Ou bien qui aurait toujours été invisible et ne serait apparu qu’en de rares circonstances particulières.

Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel, serait la porte et la clé du mystère égyptien.

DES PRÊTRES ASTRONOMES

Les prêtres d’Héliopolis étaient réputés depuis la plus haute antiquité pour posséder une grande connaissance astronomique. Il est évident qu’ils n’ignoraient rien de cette étoile invisible et double de Sirius. Mieux, ils l’avaient matérialisée par la pierre Benben ( qui provenait peut-être de cet astre ). Selon eux, Ce Benben ou Phénix revenait suivant un cycle préétabli, afin d’instaurer un nouvel âge d’or. Le Phénix revenait accompagné des anciens dieux. À périodes régulières, ils ramenaient la sagesse sur la terre, et certains égyptologues comme le professeur Lauer ont avancé qu’il pourrait s’agir d’une «  météorite ».

Curieusement la face du Sphinx, gardien vigilant des pyramides était jadis recouverte d’une couleur rouge ( ou plutôt à tendance violette ), la plus haute couleur sur l’échelle des vibrations et associée comme par hasard à Uranus Ouranos Horus. Chaque année, lorsque Sirius réapparaissait entre le 17 et le 20 juillet, le Sphinx contemplait le soleil et son compagnon et sa face éclatait d’une couleur pourpre sous le pouvoir de l’aube qui naissait et annonçait la venue de la grande inondation.

Rê-Horakhty, l’Horus de l’horizon annonçait aux initiés le retour de la présence invisible, mais palpable sous forme de radiations, d’énergies particulières, venant inonder le Sphinx.

La lumière rayonnante de Sirius inonde la terre de parcelles divines. Le symbole astrologique de Sirius fécondant la vallée du Nil était le scarabée kheperer. Ce mot contient les mêmes consonnes que le verbe venir à l’existence. Comme le fait remarquer François Daumas dans son superbe livre La civilisation de l’Égypte Pharaonique ( Arthaud-Éditeur ), Khepri désignait le démiurge divinisé: Qui était venu à l’existence de lui-même et avait créé le Soleil. Aménophis III avait fait dresser près du lac sacré de Karnak, image de l’océan primordial, un autel portant un scarabée. Ce dernier est aujourd’hui encore l’objet d’une adoration qui touche à la superstition.

A suivre...

 

LES INFORMATIONS DE "MONSIEUR X" :

http://ovniparanormal.over-blog.com/article-11956249.html

Repost 0
Christian Macé Christian Macé
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 01:40

AliensWC-188.gif


ABDUCTION PAR ALIENS DE HELENE GUILIANA : 11 JUIN 1976 : A CHATUZANGE-LE-GOUBET (DRÔME), FRANCE
Par Christian Macé
 


En Anglais (in English) :

http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Fovniparanormal.over-blog.com%2Farticle-11973722.html&langpair=fr%7Cen&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=%2Flanguage_tools

RESUME :

Hélène Giuliana a été enlevée par des ALIENS, en France, le 11 juin 1976, sur le secteur de Valence, Drôme. 

Localisation des lieux :

http://www.multimap.com/maps/#t=l&map=45.00574,5.09137|14|4&loc=FR:45.00574:5.09137:14|chatuzange%20le%20goubet|Chatuzange-le-Goubet,%20Drôme

ll y a eu une période de temps manquant, mise en évidence en séances d'hypnose..

Il y a quelques années, j'ai pu joindre Hélène par la voix téléphonique.

Hélène s'est plaint du comportement de certains Ufologues à l'époque...

Suite à ma demande, l'ami Ufologue Pascal Lahaie vient de me transmettre copie d'un article paru dans la revue « Lumières dans la nuit, ce dont je l'en remercie beaucoup.

Voici ici donc cet article in extenso paru dans la revue spécialisée sur les OVNIS « Lumières dans la nuit », N° 317.

Citation :

« D'un point de vu historique, cette affaire occupe une place à part dans notre liste de 29 abductions en France. En effet, si l'on excepte le tout premier cas (relaté sans beaucoup de détails, et de façon anonyme, dans le courrier des lecteurs de Paris Match, en 1954), il s'agit du premier auquel la presse à sensation, et même la télévision, aient assuré un retentissement allant un peu au-delà du milieu ufologique. En outre, il marque l'entrée en scène d'une technique d'investigation aujourd'hui très controversée : l'hypnose.

C'est Michel Figuet qui a relaté cette histoire dans le numéro 14 (3e trimestre 1976) du bulletin de la Commission d'enquête OVNI Drôme-Ardèche, UFO Informations, que publiait alors l'Association des Amis de Marc Thirouin (AAMT), aujourd'hui disparue.

Vers 1 h 15 du matin, une jeune fille de 21 ans nommée Hélène Guiliana quitte Romans pour rentrer à Hostun seule à bord de sa 4L. A la sortie de l'agglomération, elle quitte la N. 92 et prend, sur sa droite, la petite route qui va lui permettre de traverser l'Isère et de rejoindre, sur la rive sud, la N. 531 (qui s'appelle aujourd'hui N. 532). Elle parcourt deux kilomètres sur cette nationale, et arrive au lieu dit Le Martinet. C'est là que se produit l'incident.
La 4L, en effet, ralentit, comme si elle était sur le point de tomber en panne d'essence. Pourtant, sur le tableau de bord, l'aiguille indique que le réservoir n'est pas vide...
Soudain, toutes les lumières de la voiture s'éteignent, et le moteur s'arrête.
C'est alors qu'Hélène Guiliana découvre, à une quinzaine de mètres devant elle, une masse lumineuse hémisphérique, de couleur orange, semblant posée sur la route.
Effrayée, la jeune fille verouille les portières de la voiture, et met ses mains devant ses yeux...
Un long, un très long moment s'écoule. Lorqu'Hélène regarde à nouveau devant elle, la masse lumineuse a disparu. La jeune fille met le contact, démarre, et poursuit sa route. Elle est tellement bouleversée, que trois kilomètres plus loin, à l'Ecancière, elle oublie de tourner sur sa droite, ce qui rallonge inutilement son chemin.
Lorsqu'elle arrive à son domicile, sa soeur lui fait remarquer qu'il est quatre heures du matin ! Près de deux heures et demie se sont écoulées, dont elle ne conserve aucun souvenir. Nous avons là un excellent exemple de missing time.

Très vite, par l'entremise d'un journaliste local, l'affaire reçoit une publicité que les rencontres rapprochées n'atteignent que rarement : Le 12 juillet, elle est évoquée dans Le Progrès de Lyon et dans Le Dauphiné Libéré. Il est vrai que l'histoire n'est pas banale : comment concevoir que la voiture soit restée garée, feux éteints, en bordure d'une route très fréquentée, sans provoquer un accident et sans que personne ne vienne la voir de près ? Comment concevoir que la présence de cette masse lumineuse sur la route n'ait pas interféré avec la circulation, dense, même la nuit, en cette période de l'année ? Comment comprendre, enfin, que la jeune fille ait pu mettre la main devant ses yeux à 1 h 15 du matin, pour ne les retirer que vers 3 h 45 ?
Toutes ces questions incitèrent un enquêteur de la commission Ouranos, André Revol, à faire intervenir un hypnotiseur connu dans la région sous le pseudonyme de Stéphane Dey. L'idée d'avoir recours à cette technique était probablement dans l'air, puisque dans Le Dauphiné Libéré du 23 juillet, André Chaloin, ufologue de longe date et membre d'honneur de l'AAMT, en suggérait l'emploi.
En fait, une première séance d'hypnose avait été pratiquée dès la veille, le 22 juillet, par Stéphane Dey, à Saint-Marcellin.

Les résultats de cette séance furent relatés par FR3 et publiés dans Le Dauphiné Libéré du 13 août. Une seconde séance eut lieu le 18 août, en présence de plusieurs journalistes.
C'est ainsi que les révélations sous hypnose de le jeune fille furent publiés dans le numéro 1564 de France Dimanche, ainsi que dans Le Progrès, et dans plusieurs autres journaux dont, finalement, Nostra.

Ce qu'Hélène Guiliana avait révélé sous hypnose avait de quoi faire frémir : deux nains s'étaient approchés de la voiture, avaient réussi à s'emparer d'elle, et l'avaient emmenée dans l'engin qui se trouvait au coeur de la masse luminseuse. Là, ils l'avaient allongée sur une table, et l'un d'eux, avec une sorte de lampe-torche, avait fait des ronds de lumière sur son pull-over. Tout, dans la pièce ronde où elle se trouvait, semblait métallique, et il y avait des lumières blanches, rouges et jaunes.

De ses ravisseurs, la jeune fille donna la description suivante : ils étaient petits (puisqu'ils lui arrivaient au niveau de la poitrine), laids, avec un petit nez écrasé et une bouche très petite. Ils étaient vêtus de combinaisons moulantes couvrant également la tête. Les deux seules différences notables entre ses déclarations du 22 juillet et du 18 août concernent la couleur de leur peau (successivement jaune, puis normale) et celle de leurs combinaisons (violette, puis noire).
Ces nains faisaient beaucoup de gestes, comme s'ils avaient été agacés de ne pas parvenir à faire comprendre quelque chose à leur captive. Ils la ramenèrent finalement à sa voiture.
Les indications qu'elle fournit sous hypnose, concernant le déroulement des événements, ne suffisent pas à meubler le trou d'environ deux heures et demie dans son emploi du temps, ce qui conduit tout naturellement à penser que ces indications, si elles sont exactes, sont également incomplètes.

La pratique de cet hypnotiseur a, par la suite, donné lieu à de vives critiques : on lui a reproché notamment de travailler sans contrôle médical et, par des questions trop « orientées », de suggérer certaines réponses. En d'autres termes, on l'a accusé de pratiquer un « hypnotisme de foire », et de manquer de rigeur. On a dit de lui qu'il avait « gâché » ce cas.
Ces critiques ne sont certainement pas sans fondement, ce qui n'implique pas qu'elles soient innocentes.

Le 17 décembre 1992, Christian Jay a réussi à joindre par téléphone la victime de cet étrange incident, aujourd'hui mariée et mère de famille.
Elle a confirmé la réalité des événements du 11 juin, tels qu'ils sont restés gravés dans sa mémoire, missing time compris. En revanche, elle a une toute autre opinion des deux régressions hypnotiques qu'on lui a fait subir. Voici ce qu'écrit à ce propos, Christian Jay :
« ...J'eus la certitude qu'une certaine forme d'enquête était parfaitement désastreuse pour l'avancement de la connaissance. En effet, les conditions dans lesquelles H.G. avait découvert ce qui lui était arrivé l'on bien plus perturbée que les événements eux-mêmes, et, je le lui ai bien fait préciser, elles ne croit absolument pas à ce qu'on lui a fait révéler sous hypnose : elle est au contraire certaine qu'on a fabriqué tout cela pour des raisons médiatiques ».

Que la jeune femme garde un mauvais souvenir de ces deux séances, c'est une chose qu'on peut comprendre facilement, d'autant plus que leur médiatisation (aussi tapageuse qu'éphémère) a créé pour elle, dans le pays, une situation difficilement supportable. Mais faut-il pour autant rejeter les éléments révélés par l'hypnose ? La réputation de l'opérateur (nettement aggravée par une autre affaire, deux ans plus tard) n'aurait-elle pas influencé ce jugement quant aux résultats eux-mêms ?Après tout, le lien entre la déontologie de l'opérateur et les résultats obtenus n'est as si évident. Il l'est d'autant moins que, même s'il faut « jeter » les deux nains avec l'eau de la méthode, le trou de mémoire de deux heures et demie continue de poser un problème. De même, la similitude profonde entre le récit fait sous hypnose par la jeune fille, et quantité de récits analogues obtenus, depuis, par le même moyen (notamment aux Etats-Unis) ne peut manquer de surprendre.
L'épais dossier des abductions américaines n'est plus tout-à-fait un secret, aujourd'hui, puisque Communion, de Whitley Strieber, a été traduit en français, et puisqu'au moins deux revues à grand tirage ont évoqué le congrès de New York, l'année dernière. Mais en 1976, la situation était bien différente, et trois cas seulement avaient eu un retentissement autre que négligeable, en dehors du milieu ufologique : ce sont le cas de Betty et Barney Hill, raconté succinctement dans France Dimanche n° 1093, dès 1966, celui du 10 a 1952 (cas n° 3 dans notre liste), qui présente...peu de points communs avec l'affaire Chatuzange-le-Goubet, et enfin l'histoire Paulo Caetano, racontée dans le premier livre de Jean-Claude Bourret, La nouvelle vague des soucoupes volantes (France Empire, 1975). ».
Fin de citation.
FIN

Repost 0
Christian Macé Christian Macé
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 01:26
Repost 0
Christian Macé Christian Macé
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 18:03

UNE PRsalles-04.gifOCHAINE RENCONTRE SUR LE PARANORMAL... 

L'événement aura lieu du 14 au 16 septembre 2007 à Fredericksburg, en Virginie...
 
Mise en ligne le 24 août 2007 :
 
 
En Français :
 
Repost 0
Christian Macé Christian Macé
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 17:44

chiens-94.gif


LES CHIENS NOIRS FANTÔMES...
 


Ces mystérieux Chiens "Fantômes", aux apparitions et disparitions insolites, doivent emprunter les "AUTRES DIMENSIONS"...  
 
Mise en ligne le 23 août 2007 :
 
 
En Français :
 
 
 
LIRE EGALEMENT ICI LE DOSSIER : "LES MYSTERIEUX GROS CHATS" : 

http://ovniparanormal.over-blog.com/article-11908562.html

Repost 0
Christian Macé Christian Macé
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 10:05
Repost 0
Christian Macé Christian Macé
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 09:41
Repost 0
Christian Macé Christian Macé
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 05:14

LA SUPERCHERIE DE LA VIDEO OVNIS DE HAÏTI...

http://cf.groups.yahoo.com/group/crucras/message/135

En Angljournaux009.gifais (in English) :


http://translate.google.com/translate?u=http%3A%2F%2Fovniparanormal.over-blog.com%2Farticle-11956728.html&langpair=fr%7Cen&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=%2Flanguage_tools
 


Répondre | Transférer   Message #135 sur 135 < Préc | Suivant >
La vidéo 'Haïti UFO' = 'made in France' !
News Ufologiques, Spatiales & Technologiques

La désormais célèbre vidéo 'Haïti UFO' qui a fait chauffer le
compteur du site YouTube en totalisant plus de 2,5 millions de
visionnages depuis sa mise en ligne le 9 août dernier n'était autre
que l'œuvre d'une pointure française de l'animation, suite à
l'enquête d'un journaliste américain !

Pour rappel :
http://www.youtube.com/watch?v=up5jmbSjWkw

La supercherie fut ailleurs assez vite démontrée notamment par
l'utilisation d'images provenant du logiciel (Français) -Vue 6- qui
permet de générer des 'environnements extérieurs naturels'

un journaliste US s'est mis en tête de démasquer l'auteur (de son
pseudo Barzolff) et de s'entretenir avec lui sur ses motivations.

Bien que ce dernier souhaite rester anonyme, il révéla les dessous de
l'histoire :
Âgé de 35 ans, il réside en Corse et se présente comme un
professionnel du graphisme d'animation ayant étudié dans les plus
prestigieuses écoles d'art français et accumule 10 ans d'expérience
dans son domaine.

La réalisation des vidéos 'Haïti UFO' & 'Dominican UFO' lui ont pris
17 heures à l'aide d'un Mac Pro et d'une suite de programmes
d'animation 3-D (dont Vue 6). Les vidéos sont 100 % générées par
ordinateur.

Il prétend que les vidéos étaient originellement des 'essais' pour un
projet de film sur lequel il travaille pour le compte de la société
Prod de films 'Partisan'.

Un contact auprès de la production semble confirmer ses dires
"c'est un génie absolu" aurait confié le producteur Georges Bermann
et d'ajouter "il est capable de rendre n'importe quoi totalement
réaliste"

Pour prouver qu'il est bien l'auteur des fameuses vidéos, Barzolff
proposa au L.A Times de lui fournir une nouvelle vidéo utilisant une
version miniature des UFOs d'Haïti dans un environnement parisien

Le long métrage sur lequel Barzolff travaille actuellement a comme
sujet : -deux types créent un hoax ovni si réaliste qu'il finit par
prendre des proportions incontrôlables-
il se dit lui-même totalement dépassé par l'ampleur des réactions
suscitées par ses propres vidéos sur la toile, d'où son désir de
rester anonyme. Il précise que les vidéos n'étaient pas destinées à
être des instruments de marketing viral mais uniquement comme une
expérience sociologique, en d'autres mots : 'Pour voir ce qui allait
arriver"

Le résultat à largement dépassé ses attentes ! juste après l' avoir
mises en ligne, il alla se coucher pensant qu'elles atteindraient
2.000 visionnages...
Au réveil le lendemain elles en étaient à 70.000 pour la 'Haïti',
puis 130.000 'vues' 20 mn plus tard...puis ce fut exponentiel

Il qualifie l'expérience de "totalement incroyable, excitante,
totalement addictive et un peu effrayante"

"le plus flippant étant que malgré les preuves, beaucoup de gens
refusent de croire que c'est un hoax"

Martin McCain
CRUCRAS/

Sources :

http://www.latimes.com/entertainment/news/la-et-
ufo22aug22,0,4078342.story?coll=la-home-entertainment
Veritas-Europe: Forums (Dreamer)
http://www.objetvolant.com/html/modules.php?
name=Forums&file=viewtopic&t=8180#86812
FIN
 
 
LES INFORMATIONS ET ETUDES SUR CETTE AFFAIRE :
 
Repost 0
Christian Macé Christian Macé

Présentation

  • : Le blog de Christian Macé. Je suis sur Facebook : https://www.facebook.com/christian.mace.9 Et sur Twitter : https://twitter.com/Mac44482203 Mon email : macec48@gmail.com Mon téléphone : 0629550094
  • Le blog de Christian Macé. Je suis sur Facebook : https://www.facebook.com/christian.mace.9  Et sur Twitter : https://twitter.com/Mac44482203  Mon email :  macec48@gmail.com  Mon téléphone : 0629550094
  • : Je suis né le 17 juin 1953 à Corbeil-Essonnes, en France. J'habitais initialement à Cogolin et maintenant à Toulon, dans le Var, en France. Cette photo en entête, je l'ai prise à Cogolin dans le Var en France le 29 septembre 2005 à 18 H 09. On voit deux ovnis que j'ai cerclé en rouge. Je n'avais rien vu à l'oeil nu... Ici l'actualité des phénomènes ovni et paranormaux...J'ai commencé à étudier le Phénomène des OVNIS dès l'année 1969, puis par la suite, je me suis aussi intéressé à l'étude des Phénomènes Paranormaux...J'ai fais parti en France, de diverses Associations de Recherches sur le Phénomène OVNI : "GEPA", "GEOS", "CFRU", secrétaire du Groupe Sentinelle...J'ai rédigé de nombreux articles concernant mes Recherches sur ces Phénomènes OVNIS et Paranormaux. Mon email : macec48@gmail.com
  • Contact

  • Macé
  • Passionné ovnis, paranormal et ésotérisme
  • Passionné ovnis, paranormal et ésotérisme

Le dossier des mystérieux félins en promenade

Il s'agit des apparitions et disparitions soudaines de félins, dont chat, panthères, etc. C'est l'affaire des Gros Chats. En fait, ils se meuvent à travers les Autres Dimensions... : http://ovniparanormal.over-blog.com/article-13739144.html

Recherche

Anomalies sur nos autres planetes

Dans le lien ci-après, il y a toute une liste de photos représentant d'étranges structures Extraterrestres sur nos planètes. Notamment celle sur Mercure, dont la forme pourrait être aussi un ovni : http://ovniparanormal.over-blog.com/article-cette-etrange-forme-ou-structure-sur-mercure-prise-en-photo-par-messenger-88037316.html

Pour joindre Christian Macé

Mon email : macec48@gmail.com Mon numéro tél. portable : 0629550094

Date de création de ce blog et nombre d'articles

J'ai créé ce blog le 06 juin 2007. En mai 2013, le nombre d'articles postés dépasse les 10000 articles.

Les Ethnologues-Géologues venus d'Ailleurs

Sur ce site ami, ce lien pour lire mon article "Les Ethnologues-Géologues venus d'Ailleurs" : http://www.infomysteres.com/temoin/ovnimace8.htm

Les Extraterrestres qui sont parmi nous et les Hommes en Noir

LES HOMMES EN NOIR MIB http://ovniparanormal.over-blog.com/christian-mac%C3%A9-ouvre-le-dossier-des-%C3%A9tranges-hommes-en-noir-mib

Ces Intelligences d'Outre-Mondes qui nous côtoient

Sur ce site Ami, le lien de mon article sur "Ces Intelligences d'Outre-Mondes qui nous côtoient". Et à la fin, ouvrir le "Sommaire" pour découvrir mes autres articles : http://ufoweb.free.fr/mace1.htm